Home > Nouvelles > Quelques conseils pour une mise à l'herbe réuss...

Quelques conseils pour une mise à l'herbe réussie

28 mai 2021

Quelques conseils pour une mise à l'herbe réussie

Chaque année, durant le printemps, vous vous préparez à mettre vos animaux à l’herbe. Cela peut paraitre simple ! Néanmoins, chez Nutriprof nous savons comme vous qu’il ne s’agit pas seulement d’ouvrir la barrière et de laisser gambader vos ruminants dans les prairies. Une mise à l’herbe réussie ne s’improvise pas. Liée à un changement rapide d’alimentation et d’environnement, elle représente une réelle période de stress pour vos animaux. Dès lors, si celle-ci n’est pas correctement accompagnée, elle peut malheureusement être à l’origine de conséquences désastreuses.
Désireux de vous accompagner au maximum dans cette période-clé, nous avons compilé une liste non exhaustive de bonnes pratiques à respecter pour une mise à l’herbe réussie.

 

  1. Réaliser une transition progressive

Il est important de veiller à mettre en place une transition progressive, de plus ou moins 3 semaines. On commencera par sortir les ruminants quelques heures (3-4h) l’après-midi avec la panse pleine dans des prairies permanentes, anciennes ou de graminées. C’est, en effet, le temps nécessaire pour que les micro-organismes du rumen s’accommodent à un nouveau régime alimentaire. Pendant les premiers jours de cette période, on continuera donc à distribuer une partie de la ration hivernale afin d’éviter les troubles digestifs. L’herbe jeune de printemps est riche en protéines brutes, en sucres solubles mais très souvent, pauvre en fibres, on peut dès lors, également, envisager de distribuer de l’ensilage d’herbe peu riche en protéines ou de l’ensilage de maïs. Afin de favoriser la rumination, il peut également être utile d’incorporer un peu de paille dans la ration. Cette paille évitera à vos bovins d’ingérer trop rapidement de grandes quantités de cette herbe jeune et leur permettra de ruminer et de mieux digérer.

Si l’herbe vous semble déjà assez bien abondante, restreignez la parcelle de prairie accessible à vos animaux ou limiter la durée de la pâture. Et ce, dans le but d’éviter les excès d’ingestion. Il faut essayer de ne pas atteindre le maximum d’herbe ingérée avant 3 semaines en pâture.

 

  1. Vérifier l’état corporel de vos animaux

Il est important de contrôler l’état de santé de vos ruminants avant de les lâcher en pâture. En effet, la transition alimentaire subie par les animaux lors de la mise à l’herbe risque de les faire maigrir. Nous vous recommandons de porter une attention toute particulière aux vaches laitières fraîches vêlées et aux primipares.

 

  1. Ralentir leur transit digestif par l’ingestion de fibres

Il est également indispensable de ralentir le transit digestif de vos ruminants. Pour ce faire, étant donné que la première herbe du printemps ne contient pratiquement pas de fibre, nous conseillons de favoriser la consommation de fibres efficaces par la mise à disposition de foin ou paille. Apporter des fibres à la ration va réguler l’acidité de l’herbe, le bicarbonate et le sel vont s’avérer très utiles dans ce contexte. L’apport d’argile va aussi permettre de ralentir le transit et mieux valoriser le potentiel de l’herbe.

Le manque de fibre peut provoquer en très peu de temps une baisse du pH dans la panse et par conséquent une surproduction d’acides (acidose). Cette pathologie peut avoir des conséquences pouvant se révéler désastreuse pour vos animaux :

  • une baisse de la teneur en matière grasse du lait
  • un appétit irrégulier
  • une consistance des bouses qui devient très changeante
  • des problèmes d’onglons
  • des abcès du foie
  • des perturbations et lésions dans la panse.

Afin de vous assurer du maintien de l’équilibre acide-base chez vos ruminants, nous ne pouvons que vous conseiller de surveiller la matière grasse du lait durant la phase d’adaptation au nouveau régime ( les 3 semaines de transition dont nous vous parlons au point 1 de cet article). Une baisse du taux butyreux est souvent l’un des premiers signes d’acidose. Pour neutraliser l’acidité du rumen et augmenter le PH, vous pouvez complémenter la ration de vos bovins avec notre Math’s Buf Balance. En savoir plus sur le Math's Buf Balance

 

  1. Administrer des compléments alimentaires anti-parasites

Les parasites internes peuvent être nombreux. Les principaux sont les strongles pulmonaires et intestinaux ainsi que les trématodes : petite et grande douve dans le foie et le paramphistome sur les parois du rumen. Il ne faut plus souligner leurs effets négatifs sur les résultats économiques en élevage. C’est pourquoi, lors de lors de la mise à l’herbe, il est important d’administrer des compléments alimentaires, comme notre seau à lécher Math’s Vara bloc afin de lutter préventivement contre le développement de ces parasites ainsi que de préserver l’état sanitaire et l’immunité de vos animaux.

 

  1. Administrer des compléments alimentaires riches en minéraux

Au moment de la mise à l’herbe, cette dernière est souvent humide et laxative. De plus, la jeune herbe est souvent pauvre en minéraux importants comme le magnésium et le sodium. Par conséquent, au moment de la mise à l’herbe, le transit alimentaire de vos ruminants se voit accéléré et la digestion est donc perturbée. L’absorption du magnésium devient moins efficace et une carence peut être à l’origine de tétanie d’herbage. C’est en prévention à cette situation extrême, que nous vous recommandons de complémenter vos ruminants en magnésium en amont (1 mois avant) et durant la période de transition. Le magnésium peut être administrer sous différentes formes : liquides, poudres (oxyde de magnésium), bolus, pierres et seaux. Chez Nutriprof, nous avons un seau à lécher et/ou des mélanges de minéraux pour chacun des besoins de vos ruminants. 
En savoir plus sur notre gamme de seaux à lécher 
Découvrir nos mélanges de minéraux
N'hésitez pas à prendre contact avec nous, si vous désirez plus d'informations à ce sujet. 

Pensez également à toujours mettre à disposition de vos animaux une pierre de sel. L’absence de sel étant reconnu comme un facteur aggravant de la tétanie d’herbage.

 

  1. Prêter attention aux pieds de vos bovins  

Il ne faut pas négliger les pieds de vos bovins lors des premières sorties de mise à l’herbe. Après avoir passé l’hiver en bâtiment, la corne des sabots est plus tendre et les chemins caillouteux des prairies peuvent les faire souffrir et provoquer lésions (abcès) et boiteries. Pensez donc à examiner les onglons de vos ruminants et à effectuer un parage avant la sortie en prairie si vous constatez que l’état de ceux-ci n’est pas suffisant. Le pâturage demande en effet, à vos animaux beaucoup de déplacements. Veillez également à aménager et à entretenir les chemins et les accès : contrôler l’empierrement, la stabilisation, éviter les nids de poule ou les ornières. Cela augmentera le confort de vos animaux lors des aller-retours aux prés mais également le vôtre.

 

  1. Vérifier les points d’eau et le PH des sols

Les points d’eau sont à contrôler afin que le troupeau dispose d’eau propre en quantité suffisante. Nous vous conseillons également de réaliser périodiquement une analyse de sol afin d’en vérifier le pH et de garantir un bon rendement en herbe.

 

  1. Limiter les parasites

Il est recommandé d’éviter le surpâturage et le pâturage ras car on retrouve majoritairement les larves à 5 cm du sol.

 

  1. Faire attention aux attaques de tiques

Ces parasites acariens s’accrochent dans la peau de vos ruminants (principalement dans les zones chaudes) et se nourrissent de leur sang. Ils peuvent ainsi provoquer des irritations et des anémies plus ou moins sévères, surtout chez les agneaux et les veaux.

Un autre danger réside dans le fait que les tiques peuvent être vecteurs de nombreuses maladies (piroplasmose, anaplasmose...). On les retrouve principalement entre avril et mai, mais des attaques peuvent survenir dès le mois de mars si le climat est chaud et humide. Pour protéger le troupeau de ces arachnides, une prévention dès la mise à l’herbe est recommandée. Celle-ci peut être réalisée par le biais de médicaments vétérinaires antiparasitaires externes, de produits répulsifs ou encore par une complémentation alimentaire minérale riche en ail (reconnu pour ses propriétés insectifuges). Pour tenir les insectes à distance de vos ruminants, notre Math’s Flug Bloc et notre Math's Vara Bloc pourraient être la solution idéale.

 

Retour à la vue d'ensemble